Manifeste/// Écocides /// Carte /// Contact ///

éco- du grec ancien oîkos (« maison ») et -cide du latin -cida, de caedo (« frapper, tuer »)



On n'arrête pas le massacre ?
Nombreux sont ceux qui affirment que les écologistes se dressent contre tous projets, tous progrès pouvant faire avancer l'humanité...
Il reste en effet beaucoup à faire pour faire avancer l'humanité. Aujourd'hui 1% de cette humanité se partage 50% des richesses mondiales ; l'humanité épuise en 8 mois ce que la Terre met un an à produire ; en 30 ans, 80% de la couverture forestière mondiale originelle a été abattue ou dégradée ; 50 000 hectares de terres sont détruits chaque année en France, la surface agricole par habitant a été divisée par deux en 50 ans ; un quart des espèces animales et végétales pourrait disparaître d'ici le milieu du siècle : plantes adventices, papillons, abeilles, amphibiens sont en diminution constante.
Nous vivons à crédit et chargeons les générations à venir du poids de nos crédits écologiques et financiers. Faire avancer l'humanité ne signifie pas continuer à massacrer notre planète. Le défi n'est pas de construire des centres commerciaux, des aéroports, des autoroutes et autres mégaprojets dévastateurs mais avant tout de préserver pour nos enfants une planète terre habitable.

Aujourd'hui on nous parle de " zéro artificialisation net " mais dans la réalité on assiste à une régression continue du droit de l'environnement, comme :
- la disparition programmée de la Commission nationale du débat public ;
- la suppression programmée des enquêtes publiques et des commissaires enquêteurs ;
- la simplification voire l'obsolescence du rôle de l'autorisation environnementale ;
- la complexification de l'action des associations environnementales et des possibilités de recours ;
- l'opacité et la désinformation devenue la règle en matière de grand projet urbain.

l'Atelier Citoyen lance un inventaire des projets destructeurs ou " écocidaires* " avec la plateforme Ecocide.net. Il ne s'agit pas de bloquer le progrès, bien au contraire, mais de l'incarner. La plateforme Ecocide.net appelle à l'invention d'alternatives. Chaque projet écocidaire est l'occasion de réfléchir aux alternatives possibles. Comme nous l'avions fait pour l'aéroport de Nantes, comme le propose le projet Carma à Gonesse et le projet ZEN du Brochet à Vallet, à la place de centre commerciaux, le projet Alterzone à la place d'un centre logistique Amazon à Dambach-la-Ville. Chaque alternative propose d'ouvrir la voie à de nouvelles pratiques et de nouveaux modes de pensée qui rendent la vie humaine à nouveau compatible avec l'équilibre de notre planète.

Nous vivons une époque fantastique, un moment clé où nous devons changer les choses, où nous devons nous investir pleinement pour changer le monde et éviter qu'il ne s'effondre. Il nous faut repenser, résorber, réparer le carnage de l'ère industrielle et dépasser la pensée du productivisme, de la croissance, et du rendement. Ce changement de paradigme représente un chantier formidable car la besogne est infinie. Les acteurs de la transition ne connaissent pas la crise.

Nous allons vivre l'ère des alternatives. Après avoir vécu pendant deux cents ans grâce aux énergies fossiles, abondantes et bon marché, l'humanité développe déjà les énergies alternatives. L'agriculture apprend aussi à travailler sans pesticide et sans engrais, le secteur de la construction revient aux matériaux naturels, biosourcés. Les déplacements se font de plus en plus avec des alternatives à l'automobile...

L'invention d'alternatives demande de penser à nouveau la société, les modes de productions, de consommation, le fonctionnement du rapport à l'autre, l'éthique... Il s'agit de penser les alternatives avec la même énergie, la même puissance que celle investie par nos technocraties libérales pour détruire le lien social et ravager la planète. Il nous faut inventer des modes de coopération avec plus de force que les systèmes de concurrence, de compétition. Les alternatives doivent contaminer le libéralisme, le réinventer, se nourrir de son énergie, le vampiriser pour le rendre désuet et l'abandonner comme une peau morte.


*Nous appelons " Ecocides ", les crimes contre l'environnement, la destruction accidentelle ou intentionnelle d'un territoire vivant, d'un écosystème abritant la vie, la biodiversité, provoquant des déséquilibres et des pertes pour l'humanité ou pour la biosphère, quelles que soient leur échelle et leur étendu.

 


Suivez-nous sur : [Framasphere][Twitter][Facebook][Instagram]

Plateforme réalisée par l'Atelier Citoyen - libre de droits
ce site ne stocke aucune adresse IP, et ne collecte ni cookie, ni historique, ni donnée personnelle...
web frugal : site de basse technologie (low tech) / taille du site : [ 228 Ko ]